Bio

Je me nomme Louis-Martin Carrière. Je travaille depuis plus de 20 ans dans le domaine de l'informatique. J'ai occupé différents postes; vendeur; technicien au support technique; webmestre; développeur web; analyste technique pour les lecteurs réseau de tout un ministère; analyste technique de serveurs mainframe Unix; analyste principal Unix au sein du groupe de support aux opérations d'explorations spatiales lors des missions de Chris Hadfield; analyste de téléphonie IP et maintenant analyste d’architecture TI. Ça, c’est la partie gagne-pain principal.

Un des premiers gros cadeaux que je me suis faits avec mes économies fut de m’offrir un voyage d’un mois en Europe à visiter châteaux et paysages, c'était en 1999. Ce fut le coup de foudre et j’y suis retourné moins un an après, cette fois accompagné d'un ami. C’est d’ailleurs lors de mon premier voyage en Europe que j’ai développé un intérêt pour la photographie. À l’époque avec un appareil ridicule (Canon Elf), j’avais quand même pris des photos qui avaient épaté plusieurs de mes proches. C'est vrai, l'appareil ne fait pas tout le travail.

Au retour de mon second voyage, j’ai fait l’acquisition d’une maison et rien de moins qu’un avion. Comme j’ai grandi tout près de l’aéroport de Saint-Hubert, j’ai toujours cultivé un intérêt dans ce domaine également. Un bon jour je me suis informé combien coutait une formation, 7000$+ pour l’aviation civile générale, 3000$ pour l’aviation ultraléger. Ça m’a amené à faire l’essai d’un pendulaire (DTA Combo), puis d’en acheter un (pour répondre aux questions habituelles : réservoir de 50L, on gas au super, j’ai un deux-temps alors je coupe avec un peu d’huile, ça me donne autour de 3 heures de vol, la vitesse de croisière est autour de 95km/h, la vitesse minimum autour de 70 km/h, aucun habitacle), parfait pour la photo aérienne!

En embarquant dans ce nouveau monde, je me suis paré d’un meilleur appareil photo que le petit Elf, un Sony DSC-H5. J’ai commencé à apprendre la photo en mode manuel, mais aussi j’ai appris qu’il est très difficile de faire des photos en mode manuel tout en pilotant l’avion. Néanmoins, je faisais mes premiers apprentissages et j’ai développé mes premiers besoins pour un meilleur appareil (Nikon D7000 avec lentilles FX), d’autres contextes, des gadgets pour un studio (les «strobes», «backdrops», etc.), bref la passion m’a envahie! Totalement, au point d’avoir passé un nombre incalculable d’heures en autoformation et à faire des tests avec des amis ou des connaissances. J’en suis même venu à monter un groupe Facebook pour le partage de services dans le domaine de la photo en «TFP» («Trade for Prints») dans la région de Montréal, le groupe dépasse maintenant les 500 membres.

Maintenant, plus que jamais je sais ce que je veux faire comme second métier et comme travail une fois à la retraite (15 ans, ça va vite)! En attendant, ça s’appelle Créations Louis-Martin Carrière.